• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Vue de la plateforme  BIOMASSE  du site Inra d' estrées-mons. © Inra, Aline Waquet

Produire de la biomasse

Mis à jour le 06/02/2017
Publié le 17/01/2013

Les impacts des activités humaines sur l’atmosphère - accumulation de gaz à effet de serre, couche d’ozone altérée, pluies acides, pollution urbaine,... - sont particulièrement préoccupants. Le développement d’énergies renouvelables de substitution s’impose donc, et l’usage de la biomasse végétale constitue une alternative intéressante.

La biomasse végétale dédiée à la chimie et à l'énergie

Ce développement doit cependant répondre à deux grands enjeux : remplacer le carbone fossile dans les filières où le carbone renouvelable est la seule alternative, sans déstabiliser les usages alimentaires. A l'horizon 2020, l’Inra a fait de la valorisation de la biomasse pour la chimie et l’énergie un axe prioritaire de ses recherches.

C'est pourquoi les travaux des unités du centre se focalisent principalement sur la :

  • Conception et évaluation multicritère d’itinéraires techniques de production de biomasse à partir de plantes candidates annuelles et pérennes : optimiser la productivité et les impacts environnementaux liées aux cycles C,N, en mobilisant le levier des pratiques, les outils de modélisation à l’échelle de la culture et de la rotation sur des pas de temps longs
  • Génétique de la production de biomasse par le miscanthus : comprendre le déterminisme génétique de la production de différentes espèces, et se doter d’outils pour concevoir des idéotypes optimisant production - empreinte environnementale - qualité.

Agronomie et génétique de concert

La coopération scientifique des généticiens et des agronomes doit permettre, à plus long terme, d’intégrer la variabilité génétique dans la conception de systèmes de cultures des plantes dédiées à la production de la biomasse prenant en compte les finalités d’usage de cette biomasse (énergie, matériaux, chimie), et d’élargir l’offre génétique de Miscanthus par la création d’idéotypes adaptés à leurs transformations à différentes fins.

Pour y parvenir, les chercheurs doivent relever plusieurs défis scientifiques :
- Accroître les connaissances en écophysiologie et en génétique des plantes dédiées comme Miscanthus
- Développer le phénotypage sur des critères liés à l’environnement et à la qualité
- Développer une méthodologie de création d’idéotypes sur des critères multiples.